Partager
plus

Abaissement des seuils du fleuve Var

Ce projet qui consiste en l’abaissement des seuils 8, 9 et 10, a pour but à la fois de réduire les risques de débordements, de réduire les coûts d’entretien et de restaurer un fonctionnement plus naturel du fleuve.

Une enquête publique a été menée sur le territoire des communes de LE BROC, CARROS, CASTAGNIERS, COLOMARS, St BLAISE et St MARTIN du VAR, du 30 mai au mercredi 29 juin 2011.
Consultez la page web En savoir plus sur l'enquête publique...

Des enjeux environnementaux

 

La recherche d’espace exploitable, tant pour l’agriculture qu’ultérieurement pour le développement urbain et industriel, a entraîné un endiguement progressif généralisé du fleuve entre Plan du Var et le débouché en mer, en limitant les zones naturelles d’inondation, et en fixant la largeur du lit.

La surexploitation de la ressource alluvionnaire, liée au développement régional, a conduit au cours des années 1960 à un abaissement très important du niveau piézométrique de la nappe alluviale, peu compatible avec l’exploitation agricole généralisée de la plaine à cette époque. La nécessité de maintenir cette nappe alluviale a entrainé la création d’une cascade de seuils transversaux, en enrochements liés au béton, construits entre 1972 et 1985.


Cet ensemble a montré son extrême fragilité lors de l’épisode de crue de 1994 avec, notamment, la rupture des deux seuils aval 2 et 3 et la déstabilisation du seuil 4.

La crue de 1994 a été estimée à 3000 m³/s de l’Estéron au seuil 4. Elle correspondrait à une période de retour de 50 ans.
Lors de cette crue, la submersion des zones riveraines du Var a été évitée d’extrême justesse notamment en amont du seuil 10, mettant en exergue la très faible capacité du Var entre digues, non compatible avec l’activité qui s’est développée derrière ces digues.

 

Une réflexion globale à l’échelle de la basse vallée du Var a donc été engagée après la crue de 1994, poursuivie dans le contexte de l’aménagement de la RD 6202 bis, et concrétisée dans la démarche de SAGE. Elle a permis de rassembler l’ensemble des acteurs autour d’une stratégie d’abaissement des seuils du Var.


L’adoption du SAGE met en évidence la volonté commune de promouvoir une restauration, sur l’ensemble de la basse vallée, de caractéristiques physiques et morphologiques les plus respectueuses possibles du fonctionnement naturel de la vallée, tout en préservant au
maximum les multiples usages développés le long du fleuve.


Ce projet est donc le début de l’aboutissement de cette intense phase de concertation et de mise en perspective de l’avenir possible de la basse vallée du Var.